Apr 27 ,2018

7 bonbons qui viennent du Nord-Pas-de-Calais

À l’instar d’autres régions de France, le Nord-Pas-de-Calais est, lui aussi, connu pour ses spécialités : les confiseries. Il n’y a pas un bout de cette région où l’on n’en fabrique pas.

Les couleurs, les saveurs et les parfums sont tellement nombreux qu’on s’y perdrait presque. Le charme de ces bonbons, c’est aussi le traditionalisme qui entoure leur fabrication. La plupart des confiseries fabriquent encore leurs bonbons selon des traditions ancestrales. En voici 7 que vous devriez apprécier.

Les Killtoïds

La première fois que les Français goûtaient aux Killtoïds, c’était en 1933 à Lille. Depuis, ils sont devenus des bonbons incontournables dans la région. Ni la recette ni l’emballage n’ont changé. Les Killtoïds sont fabriqués avec des ingrédients locaux, sans sucre ajouté, dans la pure tradition nordiste. Ils doivent leur succès à leur parfum de réglisse et de menthe tout à fait unique. En plus, leur petite boite clic-clac est un gage supplémentaire de leur authenticité.

Les Berlingots et Sucettes de Berck

Depuis 90 ans, les Berlingots font le bonheur des habitants de Berck. Fabriqués selon une recette traditionnelle, ces confiseries sont aujourd’hui vendues dans plus de trente parfums. Les plus célèbres sont le cola, la noix de coco, le spéculos et, plus récemment, la pomme tatin flambée au cavalos, qui fait un véritable tabac auprès des enfants.

Les Babeluttes du Nord

Véritable produit du terroir, les Babeluttes du Nord sont nées de l’inattention d’un confiseur qui laissa brûler son mélange de sucre et de beurre. Depuis, la recette a bien évolué, intégrant désormais du lait concentré, du sirop de sucre candy, de la cassonade, de la farine de froment et de soja et même du biscuit spéculos. Ils ont cependant beau être délicieux, pensez quand même à calculer les calories à l'approche de l'été!

La Pastille du Mineur

La première pastille du mineur vit le jour en 1957, grâce à Georges VERQUIN. Ce dernier s’inspira des plantes utilisées par les employés indiens pour dégager leurs voies respiratoires. Très vite, les mineurs du nord de la France en firent leur confiserie préférée, d’où son nom. D’ailleurs, Monsieur VERQUIN alla bien plus loin, en donnant aux pastilles la forme et la couleur d’un boulet de charbon. Consommées pendant les heures de travail, ces pastilles procuraient fraîcheur et bien-être, en plus de faire passer l’envie de fumer.

La Bêtise de Cambrai

Fabriquée à Cambrai depuis 1830, cette confiserie est née d’une bêtise. L’apprenti confiseur ayant fait tomber d’une accidentellement de menthe dans la préparation des berlingots, d’où la saveur mentholée des premières bêtises de Cambrai. Depuis, la recette a bien fait du chemin avec désormais différents parfums : violette, pomme, citron, orange, praliné, framboise et Tutti Frutti. La Bêtise de Cambrai est vendue dans des boites métalliques rectangulaires et rondes.

Les Chiques de Bavay

 

C’est à la suite d’une anecdote militaire que les Chiques de Bavay furent fabriquées en 1875. Derrière sa couleur brune se cache un fabuleux goût de menthe qui est resté le même jusqu’aujourd’hui.

Les Têtes brûlées

Dans la gamme des bonbons acides, il n’y a pas mieux que les Têtes brûlées. S’ils vous promettent de vous arracher la tête, c’est en raison de leur composition à base de citron, de pamplemousse et de groseille. On en trouve également à base de cola, à la fraise, à la framboise ou à la pomme.

Dernière modification 27-04-2018
Lu 70 fois

Laisser un commentaire